Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays
Ce film est sorti de notre programmation
Retrouvez-le en location
Encore 450 jours

Au pied de la lettre

Cinéaste : Marianne Bressy France, 2017 PRODUCTION : Les Films de l'Autre Côt
75'
Français Anglais

À propos de ce film

Résumé

"À certains moments dans ma vie, je me suis senti tellement dépassé que j'étais presque comme à genoux devant les mots, tellement ils étaient obscurs, tellement ils devenaient sacrés aussi, tellement la peur de ne pas les connaître me tétanisait."
Gérard me raconte une vie d'illettré, son combat pour exister. Aujourd'hui à quarante-sept ans il sait enfin lire et écrire, pourtant ces choses simples de la vie quotidienne continuent d’être angoissantes, paralysantes.
Comment alors exercer un métier ? Comment devenir père et transmettre ? Comment réapprendre à s’aimer ?
Ce film témoigne de l'aventure d'un homme en quête de son identité. C'est le récit initiatique de son cheminement vers le savoir. Un voyage intérieur pour reconquérir son image, sa place dans la société, et redevenir enfin l'acteur de sa propre vie.

L'avis de Tënk

Le cinéma documentaire, parfois, ce sont des protagonistes forts, des épreuves à surmonter, des conflits, des obstacles, de l'émotion, du suspense. "Au pied de la lettre" utilise une grammaire dramaturgique implacable pour nous entraîner à la suite de Gérard et faire fonctionner à plein l'identification. Le film utilise aussi une chose rare en documentaire, car difficilement enregistrable, et pourtant ici enregistrée : le monologue intérieur — truc futé et d'une très grande force dramatique, qui nous accompagne encore davantage dans la lecture du film et l'intimité de Gérard...
C'est une histoire, vraie. Il n'est pas si courant de ressortir d'un film avec le souci de ce qu'a pu devenir son personnage. Ça fait du bien, d'aimer un personnage.

Jérémie Jorrand
Responsable de l'éditorial et de la programmation de Tënk

Cinéaste

Marianne Bressy

Après une licence de lettres modernes, Marianne Bressy devient organisatrice de free parties puis vee-jay et clipeuse pour les musiciens de la scène breakcore et impro. Le réel intervient comme un support narratif évident lorsqu’elle veut être entendue plus fort que la musique.
Autodidacte, bidouilleuse, elle se tourne vers le documentaire, et c’est à travers des portraits très intimistes qu’elle réalise des films sensibles et militants sur les questions d’immigration, de colonisation ou d’illettrisme.
L’injustice étant le moteur essentiel de ses colères et le fondement de l’énergie à l’origine de ses films, c’est tout naturellement qu’elle devient directrice artistique du festival Images de Justice pour Comptoir du Doc.
"Au pied de la lettre", son premier long métrage, est soutenu dès l'écriture par le dispositif Brouillon d'un rêve, accueilli par Cinéastes en résidence à Périphérie, et lauréat des Étoiles de la SCAM.