Édito

Tënk est né de l'irrésistible désir de partager notre passion pour le documentaire d'auteur.

L’ambition de Tënk est simple : vous faire (enfin !) découvrir ou redécouvrir des documentaires exceptionnels qui ne rencontraient plus leurs publics, faute de diffusion en dehors des festivals, des écoles et des cercles d’initiés. Films de cinéma, de festivals, de création audiovisuelle indépendante, internationale, contemporaine, films rares, contemporains, grands classiques, à la marge... tous les documentaires que vous avez toujours voulu voir sans jamais savoir où les trouver… sont sur Tënk !

Les films que nous aimons font figure d’exception dans le flot des images qui traversent nos sociétés. S’ils montrent l’existant, le “réel“, ils revendiquent la subjectivité du regard, la diversité et l’infinie complexité des expériences. Le présent les habite, c’est même leur matière première, mais ils n’ont de cesse de l’inscrire dans le temps long. Ils nous instruisent, enfin, mais en faisant appel à notre intelligence du sensible, celle-là même que nous mobilisons face aux œuvres d’art. Ce sont des films qui nous invitent à penser.

Parce que changer le monde est une tâche bien démesurée, le documentaire d’auteur se donne celle, plus modeste, de changer notre regard sur le monde. Ces fragments de vie, d’humanité et de poésie sont autant d’actes d’apprentissage sur nous, sur nos conditions de vie, sur notre rapport aux autres. Le documentaire d’auteur fait appel à la curiosité de tous ; c’est à ce titre que nous vous invitons à y prendre part.

Une sélection

Tënk n'est pas une banque de films. Contre l'abondance dans laquelle on se sert et on se noie, Tënk privilégie le travail de sélection « à la main », de choix éditoriaux assumant pleinement leur subjectivité. Ce sont des hommes et des femmes, une vingtaine de programmateurs issus du réseau de professionnels du documentaire d’auteur, qui récoltent les films et vous les proposent.

Par ailleurs, les films sont éphémères. C’est aussi cela, faire des choix : ne pas tout proposer à un temps t. Faire que les films ne soient pas des objets inertes sur une étagère, dans une base de données, mais qu’on les montre au contraire pour un temps limité et qu’ainsi ils soient vivants, accompagnés, faisant partie d’un tout réfléchi. En cela, le principe de programmation « roulante » nous est apparu pertinent : chaque semaine, des films entrent, et d'autres sortent. C’est un ballet permanent de documentaires qui constitue la matière de Tënk : des films qu’on attrape dès qu’ils apparaissent, des films pour lesquels on prend le temps, et d’autres qui, dans deux jours, ne seront plus là, et ce serait tellement dommage de les rater… (mais alors, ce qui est un peu rassurant, tout de même, c’est que bon nombre d’entre eux seront disponibles à la location !)

Des plages

Dès le départ nous avons senti que les films qui allaient devenir la substance de Tënk ne pouvaient pas subir la catégorisation et le cloisonnement qu'imposaient les cases traditionnelles de programmation de la télévision. Cette nuance ténue nous tenait à cœur. En profitant d'un nouveau médium, nous avons eu envie de définir notre propre géographie. C'est ainsi que les plages de Tënk sont apparues. Ces plages, peu à peu, ont pris leurs formes propres, au contact des programmateurs, elles se sont singularisées. Chaque équipe s'est approprié son espace et a fait de sa "case" une "plage" à part.

Il était évident que notre programmation serait plus riche si elle était collective et nous avons eu la chance de pouvoir nous appuyer sur un large réseau de passionnés du documentaire. Réalisateurs, programmateurs, techniciens, critiques, producteurs, enseignants… tous parcourent les salles de cinéma, les festivals et leurs propres filmothèques pour proposer à Tënk des films qui les ont marqués. À ces amis programmateurs nous devons la richesse de Tënk, un entrelacs de points de vues sur le monde, une pluralité de regards sur le cinéma.

L'architecture de Tënk est accidentée ; complexe et polymorphe elle ressemble à son époque mais s'en différencie par son refus de croire à une norme et à l'idée d'un « grand public » qui partagerait les mêmes attentes. Il y a autant de spectateurs que de façon de recevoir où de créer un film. Tënk est un espace de rencontres, de croisement de regards. Tënk est en mouvement, ça vibre et ça bouge et c'est là, dans cette oscillation permanente, à la confluence de tous les regards, que se tient pour nous l'image la plus juste et la plus vivante de notre monde.